• Iran: protocole d’accord pour construire un gazoduc vers l’Irak et la Syrie

    L'Iran, l'Irak et la Syrie ont signé lundi un protocole d'accord pour la construction d'un gazoduc destiné à livrer d'ici trois à cinq ans du gaz iranien à ses deux voisins et, à terme, éventuellement au Liban et à l'Europe, ont annoncé les médias iraniens.

     Le coût total de ce projet a été évalué à 10 milliards de dollars par Javad Oji, vice-ministre du pétrole et directeur de la compagnie nationale du gaz iranien (NIGC), cité lundi par l'agence Mehr.

    La construction de ce gazoduc de plusieurs milliers de kilomètres devrait prendre trois à cinq ans une fois que le financement sera assuré, selon une estimation faite dimanche par M. Oji.

    Le protocole d'accord a été signé lundi à Assalouyeh (sud), principal centre gazier d'Iran, par les ministres du Pétrole des trois pays, l'Iranien Mohammad Aliabadi, l'Irakien Abdel Karim Laïbi, et le Syrien Sofian Allaw, selon les médias.

    Le document prévoit la mise en place d'ici un mois de trois "groupes de travail" sur les implications techniques, financières et juridiques de ce projet régulièrement évoqué depuis 2008, selon Mehr.

    Les études de faisabilité seront confiées à "un consultant international", a précisé M. Oji. Le responsable iranien a espéré que l'accord définitif lançant le projet pourrait être signé "avant la fin de l'année".


    L'Iran possède les secondes réserves gazières prouvées au monde derrière la Russie.

    Il consomme actuellement la quasi-totalité des 600 millions de M3/jour de gaz qu'il produit mais espère doubler sa production et pouvoir exporter 250 millions de M3/jour vers ses voisins et vers l'Europe dès 2015 grâce au développement du champ gazier géant offshore de South Pars, dans le Golfe, qu'il partage avec le Qatar.

    Le projet signé lundi prévoit la construction d'un gazoduc de 56 pouces, d'une capacité de 110 millions de M3/jour, reliant Assalouyeh à la région de Bagdad puis à la Syrie, avec la possibilité de l'étendre vers le Liban et
    l'Europe.


    M. Oji a affirmé dimanche que l'Irak devrait initialement recevoir 20 millions de M3/jour pour ses centrales électriques et la Syrie de 20 à 25 millions de M3/jour.

     
    L'Iran et le Pakistan ont entrepris de leur côté la construction d'un gazoduc destiné à fournir 21 millions de M3/jour de gaz iranien à Islamabad à partir de 2014.

    A terme, Téhéran prévoit d'utiliser le gazoduc irako-syrien pour exporter du gaz vers l'Europe, selon M. Oji qui a affirmé lundi que "15 compagnies européennes ont demandé à pouvoir vendre du gaz iranien dans leur pays", sans préciser de quelles compagnies ni de quels pays il s'agissait.

    L'Iran est soumis à de sévères sanctions internationales, visant notamment ses secteurs énergétique et bancaire, sous prétexte du développement de son programme nucléaire.

     ________________________________

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,